Deutsch & Bonnet HBR5 1957 - Restauration à l'origine.

Cette DB HBR5, châssis #919 de 1957 était destinée à l'exportation aux USA. Elle possède un vistadôme et une peinture deux tons crème et rouge, séparés par une baguette aluminium, ainsi que des pare-chocs moulés à la caisse. Cette première version de la HBR5 se caractérise par ses éléments mécaniques et certains acastillages empruntés à la Panhard Dyna Z1, ainsi que par des feux retractables qui seront abandonnés sur les modèles ultérieurs.

La voiture est passé par de nombreuses mains depuis son exportation aux USA. Elle est revenue en Europe, transitant par l'Allemagne et la Suisse avant d'arriver en France.
A chaque changement de propriétaire, elle a perdu un peu plus de ses accessoires. A son arrivée dans nos ateliers, le bilan n'est pas des plus glorieux. L'intérieur est manquant, tout comme le pare-brise, la lunette, le vistadôme, les compteurs, le volant (pas d'origine), les emblèmes DB, les feux et certaines baguettes et enjoliveurs. La coque polyester est plutôt bien conservée, mais elle a reçu un choc arrière provoquant la déchirure du composite verre/polyester et le cadre de malle s'est déformé.

Le jour de son arrivée de Suisse.

On perçoit bien l'étendue des déformations arrières et le manque de nombreux composants.

 

voici quelques photos des travaux :

Un démontage complet permet de répertiorier les pièces manquantes ou abîmées, ainsi que les problèmes à traiter.

La carrosserie séparée de son châssis.

 

Le châssis poutre dans son jus.

Après sablage de son gelcoat, la réfection de la caisse est confiée à un spécialiste des composites, ancien des usines Chausson, qui à l'époque construisait les caisses des HBR5.
Le cadre de malle ainsi que la malle sont refaits intégralement, tout comme les gouttières de pavillon. L'ensemble de la voiture reçoit une couche de bidirectionnel verre pour redonner un peu de vigueur à cette stratification brunie par le temps.

De retour de stratification. On distingue bien la structure interne de la malle arrière ainsi que le cadre de malle refaits à neuf.

 

La stratification d'origine a pris une jolie patine brune.

 

Dans le même temps, la restauration du magnifique châssis poutre est entreprise.

Le châssis n'a souffert d'aucune déformation ou fatigue, et n'est corrodé que de façon superficielle. Un simple sablage suivi d'une peinture Epoxy poudre suffiront à lui redonner vie.

 

Tous les éléments mécaniques sont restaurés intégralement. Ici ce sont les commandes de frein à main et la crémaillère de direction. Anodisation des fonderies aluminium, peinture Epoxy des pièces en tôle d'acier, zinguage de la visserie, rien n'est épargné

 

Le châssis fini.

Le moteur est ici présenté partiellement démonté à titre didactique.

La transmission.

On notera l'abscence de tirants inférieurs sur cette première version à mécanique de Dyna Z1.

 

Le demi-train arrière.

 

Le pédalier.

 

Le levier de vitesses.

La commande à billes de la boîte de vitesse est spécifique et introuvable. Bloquée par la corrosion, elle a été refaite à l'identique chez un sous-traitant aéronautique.

 

La plaque signalétique du châssis # 919.

 

Le moteur de la voiture sera préparé à la façon Hampe, avec pompe à huile gros débit, graissage supplémentaire, double carter d'huile. c'est un 950 cm³ à double allumage et au volant moteur allégé.

 

L'admission double carburateur est une entorse à l'origine, mais bien dans l'esprit de la chasse aux chevaux supplémentaires. L'utilisation de deux carburateurs de 36 au lieu de 38 se justifie pour la souplesse et le confort de l'utilisateur.

 

Un échappement entièrement en inox a remplacé l'original qui, s'il était bien conservé, avait des tubes d'un diamètre trop faibles qui auraient bridé le moteur. En conséquence, l'échappement inox possède des tubes de diamètre 50mm.

A ce jour (février 2012), le châssis est fini ; la carrosserie va pouvoir rentrer en phase de finition et préparation peinture.

La chasse aux pièces d'origine comme les compteurs, le volant, les enjoliveurs, est toujours ouverte. Si vous avez des pistes, n'hésitez pas à nous contacter.

La sellerie n'est pas encore au programme, ne sachant pas si s'orienter vers des baquets fibre ou des structures tubulaires en acier, plus conformes à l'origine.

retour à la page mécanique